• A méditer

    Sans polémiquer, chacun est assez grand pour se faire sa propre opinion.
    Je vous fait simplement part de mon avis et de la raison pour laquelle je ne vais pas commenter les publications où les animaux sauvages sont "enfermés".
    Certains d'entre vous me connaissent :)

     

    Pourquoi je n'apprécie pas les parcs, zoos, spectacles animaliers ?...
     

    Dans les Côtes d'Armor se trouve un refuge pour loups, près de Rostrenen. Lorsque je dis "Refuge", je parle de SPA.
    Si vous passez par là, je vous invite à y aller les jours d'ouverture, cela les aide pour acheter de la nourriture et pour les soins aux animaux.
    Ces loups sont mis là par la Fondation Brigitte Bardot car récupérés pour détention illégale, abandonnés par leur "maître" ou simplement mis à la retraite.

    Vous pouvez voir ICI un mini reportage sur ce refuge, après celui des chauves souris.

    Un dimanche de 2015  (ouvert seulement le we) je me suis enfin décidée à aller le visiter avant la fermeture qui a lieu le 30 septembre.
    Je m'étais fait une idée de ce qu'était ce refuge par leur site fort bien expliqué. J'ai rencontré des personnes très sympathiques, passionnées et connaissant parfaitement bien l'univers des loups.

    Après les explications concernant le chemin à suivre, je suis partie à la découverte de ces loups. 16 au total. Cet hiver un loup est décédé.
    La végétation est assez dense et quelques-uns peuvent, s'ils le veulent, se soustraire à la vue des gens (heureusement).

    J'ai été déçue par l'espace assez restreint qu'ils occupent.
    Un double grillage permet d'avoir une assez bonne distance entre eux et les homo sapiens, ce qui leur permet de ne pas être trop dérangé par les appareils photo.

     Celui-ci est un loup canadien, 11 ans.
    Il vit avec une louve de 9 ans, apprivoisée, d'origine inconnue venant d'un trafic animalier. Elle ne s'est pas montrée, je ne l'ai donc pas vue.

     

    Il est tranquille, un regard que je trouve un peu triste.

     



     

    Née dans un parc cinémalier et zoologique, liquidé judiciairement en avril 2015 pour trafic d'espèces protégées et actes de cruauté.

    Elle devait intervenir dans des spectacles mais trop craintive, son propriétaire s'en est séparé.  Elle est arrivée au refuge en 2009 à l'âge de 2 ans.
    Faites le compte et vous trouverez son âge actuel et le nombre d'années d'enfermement.

     

    Celle-ci, dessous, attends de connaitre son sort. Elle était détenue illégalement par un particulier.
    Séparés de leur mère dès leur naissance et élevés au biberon, 7 louveteaux  ont été saisis et placés là, séparés de leur mère en attendant le procès qui n'a à ce jour toujours pas eu lieu.
    Je ne devais pas parler de leurs cas avant un jugement, mais depuis peu, l'association donne des explications que vous trouverez ICI c'est pourquoi j'ai décidé de publier cet article fait à la fin de 2015.

     

     

     1 louveteau

     

     

    L'année, 2016, a quand même permis de les réunir dans un enclos spécialement fait pour eux. Ils y vivront jusqu'à leur mort !

     



    J'ai appris beaucoup de choses avec les personnes qui tiennent ce refuge.

    Il faut savoir que les parcs et  zoos,  lorsqu'ils ont trop d'individus de même espèce, pratiquent régulièrement des échanges avec d'autres parcs et zoos. Toutefois, il peut arriver que ces échanges ne soient pas possibles faute de place ou bien encore parce que l'espèce n'intéresse pas ou plus à ce moment bien précis. Dans ce cas, les animaux considérés comme étant "de trop" sont euthanasiés (bébés mais aussi adultes). Il ne faut pas croire qu'ils restent jusqu'en fin de vie, les gens n'étant pas intéressés par des vieux animaux, ils sont soit éliminés soit mis à la retraite dans des refuges (spa).

    C'est ainsi que cette louve ci-dessus a été achetée bébé par un particulier, vendue par un parc animalier et comme un, ne lui suffisait pas, il en a acheté un deuxième et tant qu'à faire un mâle.
    Je n'en dirai pas plus, je vous laisse imaginer la suite.

    Ces ventes aux particuliers sont des pratiques courantes, les parcs ayant besoin d'euros pour faire vivre leurs propres animaux afin de satisfaire un large public.

    Pour que ces animaux "sauvages" s'habituent à l'homme, les bébés sont retirés de leur mère dès leur naissance et nourris au biberon afin de les imprégner.
    Il a ainsi un besoin constant d'être auprès de la personne dont il s'est imprégné et c’est cette période d’imprégnation qui permet à l'animal de se prendre d’amitié pour les humains et leurs animaux domestiques et, donc de ne pas les chasser.

    Cependant, ils ont beau devenir de "compagnie", ils ont toujours cette force en eux et gardent leur capacité de chasse, de mordre, de blesser… voire, de tuer et bien souvent les "propriétaires" se retrouvent dépassés et les abandonnent.

    Dire qu'ils sont protégés dans les parcs pour préserver l'espèce est une erreur, parce que bien souvent, ils y meurent, se retrouvent dans des refuges SPA
    ou sont euthanasiés lorsque plus personne ne peut s'en occuper. Je remercie d'ailleurs les associations qui se battent pour préserver leur vie.

    Les espèces à protéger et à réintroduire se trouvent bien souvent dans des lieux où ils restent à l'état sauvage et en dehors de la vue de l'homme et si possible dans leur pays d'origine.

     

    Amarock ♂ né le 01/05/2003 et Miyax, ♀ née le 05/02/2002, placés là par un zoo pour leur retraite le 04/03/2014.

     

     


    Je préfère aider les associations de préservation des espèces dans leur pays d'origine et de soins aux animaux blessés que d'aller payer une entrée dans les parcs fermés, zoos
    où des animaux achetés (facilités par les trafics en tous genres) et venant d'autres pays ne sont là que pour le plaisir des yeux des hommes.
    D'ailleurs, je serais curieuse de connaitre le pourcentage de ceux qui meurent durant le transport et ceux auxquels notre climat ne leur convient pas. Je ne parle pas que des loups.
    Des oiseaux exotiques, des éléphants et tant d'autres.
    Qu'on laisse la flore et la faune en paix dans les endroits où la nature les a fait naître !

    Vous pouvez voir ci-dessous, ce qui se passe lorsqu'un zoo animalier ferme pour cause de redressement judiciaire et je ne parle pas ce qui se passe
    lors des nombreuses catastrophes naturelles comme les inondations et autres.

    "150 animaux "sauvages" ont été cédés à à Fondation 30 millions d'amis, trois émeus et une jeune antilope sont morts lors de leur évacuation sans compter ceux qui ont été stressés."
    Je préviens les plus sensibles que des images peuvent heurter.

    La vidéo

    « No comment !Ambiance paisible »

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Mars à 20:40

    Coucou Katia,

    Sur le fond, je partage TOTALEMENT ton avis, et les animaux ne devraient fondamentalement rien avoir à faire dans des zoos, avec des espaces qui ne correspondent pas à leur besoins, avec des visiteurs dont la présence est trop ostentatoire, bruyante, pouvant leur lancer des cailloux pour les faire bouger, des enfants criant, courant... et j'en passe.

    Je suis de ceux qui dénoncent la maltraitance, qui ne la supporte pas et dans ces cas là, je t'assure que je ne fais pas dans la dentelle, Martine pourrait en témoigner.

    J'ai bien conscience qu'il existe malheureusement des endroits ou les conditions de vie des animaux sont absolument dramatiques. Tu le décris parfaitement bien et les photos sont parlantes. J'en ai une boule au ventre.

    Mais je ne peux malgré tout pas être aussi tranchée car comme pour le reste, entre noir et blanc, il y a toute une gamme de gris et j'essaie de faire du cas par cas.

    Après avoir passé de très longues années en ayant également cette vision tranchée des choses et refusant de mettre mes pieds dans un parc, zoo, réserve... apprenant à mes enfants (ma fille d'ailleurs à conservé cette opinion tranchée ce que je respecte tout comme la tienne) à aimer et respecter les animaux dans le quotidien et au travers à l'époque de cassettes et de DVD, livres animaliers pour la faune sauvage, j'ai finalement tenté de regarder toutes ces facettes sans entrer justement dans l'aspect extrême des choses ICI.

    Je suis consciente que rien n'est parfait, et partout ou il y a des humains il y aura toujours des dérapages plus ou moins dramatiques (et point besoin d'aller dans des zoos pour voir ce genre de choses, le simple profit même personnel (mais aussi le petit plaisir de posséder qui, un jour devient ennuyeux ou pesant, ou trop onéreux, ou encore pas assez lucratif) suffit et d'ailleurs il y a quelques années tout un troupeau de chevaux de Camargue a été retiré après dénonciation à un gardian qui avait décidé de les abandonner sur ses terres, et un bon nombre d'entre eux étaient dans un tel état depuis des années - aucun soin, consanguinité... - qu'il a fallu les abattre pour abréger leurs souffrances. Pourtant à la bases, les conditions auraient pu sembler être parfaites pour ces chevaux qui étaient libres de circuler à leur gré dans une immense propriété sauvage avec des marais. La liberté quoi !

    Aussi, je me refuse à généraliser dans le négatif pour ces lieux ce que je me refuse également à faire en matière de comportement humain. La stigmatisation me fait peur.
    Alors il y a des endroits à dénoncer, là il faut faire le nécessaire pour que ces endroits n'existent plus (et pour le faire il faut bien le voir), mais il y a aussi des endroits sérieux et dans lesquels le bien-être des animaux est la priorité et qui travaillent à préserver les espèces en phase d'extinction et de par nos comportements. 

    Vaste débat, et sache que je comprends parfaitement tes mots même si les miens sont plus "mesurés".

    En revanche, j'ai modifié, nous avons modifié notre manière de nous alimenter pour être en accord avec ce en quoi nous croyons alors que beaucoup s'insurgent de voir des animaux captifs même dans des conditions acceptables et mangent des animaux dont la souffrance par maltraitance est absolument monstrueuse et donc ingurgitent de surcroît des aliments pleins de stress sans parler des médocs dont ils sont gavés. Mais ça, dans une barquette ou derrière l'étale d'un boucher... on ne le voit pas ;-(

    Peut être faudrait-il nous investir aussi davantage sur la toile mais aussi dans les rues contre les abattoirs, les boucheries, les charcuteries. Les chiffres ICI 

    Bises et bonne soirée

    PS : J'avoue que je ne vais pas aller voir la vidéo, ce genre d'images, je connais, je sais, j'ai vu, lu et sans me voiler la face, au même titre que les horreurs dans les élevages agricoles, camions de transport, abattoirs, etc (la dernière en date étant l'émission passée cette semaine à la TV sur ce sujet). Mais là, j'avoue que je sature, c'est vraiment trop monstrueux de voir des animaux dans la souffrance.

      • Samedi 4 Mars à 22:08

        Je voulais ajouter aussi que comme toi, malgré le fait de ne pas avoir des idées aussi tranchées que les tiennes sur les animaux qui sont déjà dans les parcs et réserves, je préfère également apporter mon soutien aux associations de préservations des espèces dans les pays dans lesquels les animaux sont natifs et que je suis totalement contre les pays qui acceptent encore l'importation et le trafic des animaux quels qu'ils soient d'ailleurs.
        Punaise, il y a tant à faire... 

      • Samedi 4 Mars à 23:19

        Merci Pascale, on commence à se connaitre sur ce sujet
        Tu connaissais l’existence de ce post que je ne pouvais pas mettre tant que personne ne parlait de l’histoire de cette louve et de ces petits.

        Ce qui me gêne dans la captivité, c'est qu'ils n'ont pas le choix. Ils n’ont pas demandé à se retrouver derrière des barreaux, grillages.
        Tout ce que j'indique dans mon post, je l'ai appris lors de ma visite dans ce refuge. Il parait, qu'il y a autant de loups chez les particuliers que dans les parcs.
        C'est effarant !

        Quand je pense aux chameaux, ours, lions, loups arctiques et d’autres espèces que nous n’avons pas dans notre pays, et qui se retrouvent derrière des grilles, j’ai mal pour eux. Les singes à qui on donne des bananes, les oiseaux dans des volières qui ne demanderaient qu’à s’envoler et à migrer avec leurs congénères, mais qui ne le peuvent pas ou des animaux marins derrière des vitres, ça me désole.
        Je voulais aussi expliquer pourquoi, je ne commente jamais ou rarement un "article" avec des animaux en captivité.

        J’entends ce que tu dis, je le respecte et je te remercie d’exposer ton point de vue que je sais passionné. Je comprends que tu n'aies pas envie de visionner la vidéo. Cela fait longtemps que je ne veux plus voir volontairement la souffrance animale. Je la retrouve suffisamment quand j'aperçois les camions chargés de porcs, debout les uns à côté des autres.

        Je suis dans une région où malheureusement, l’élevage bat son plein.

        Heureusement que des associations comme L214 sont là pour dénoncer ce qui se passe dans les abattoirs. C’est une véritable honte.

        Ce n’est pas vraiment le sujet de ma publication, mais comme tu dis, il y aurait beaucoup de choses à faire pour le bien être de l'animal.
        Vaste débat qui restera, je crois, longtemps d'actualité.

      • Dimanche 5 Mars à 09:19

        Coucou Katia,
        Oui, nous en avions parlé en aparté et tu m'avais dit devoir attendre pour publier ce billet.
        Je te l'ai dis, sur le fond, je partage totalement ton avis, et comme toi, j'en ai mal aux tripes de ne pouvoir que constater ce que l'humain se permet avec les animaux, que ce soient des animaux sauvages qui n'ont rien à faire sous nos latitudes, mais également avec les animaux domestiques et même nos animaux familiers, et je suis incapable de faire deux poids deux mesures. 
        Il n'y a pas que des loups chez les particuliers, des singes et même des panthères, guépards ou autres animaux du genre. Ben quoi, c'est la classe non d'avoir un tel animal dans une cage dans sa propriété ? Et pourtant, c'est interdit, et à côté de ça, on va enquiquimerder une personne qui a sauvé un animal sauvage blessé et qui a décidé de son plein gré de rester chez la personne qui l'a soigné (comme un rapace par exemple qui revient de lui-même chez son soigneur), au point de saisir l'animal pour ensuite l'euthanasier. Les incohérences sont nombreuses.
        Oui, L214 est super active, et d'ailleurs, j'y ai adhéré très rapidement car ils ont besoin d'être soutenus pour continuer d'aller de l'avant et essayer de faire changer les mentalités, même si les images sont souvent très dures, mais de la même manière pour les associations qui se battent contre le  fait que les animaux sauvages soient enfermés pour notre plaisir ou pour le profit, mais il y a tellement de sujets qui concerne les vies que "nous" estimons ne pas avoir le devoir de respecter et que nous utilisons comme de la matière première pour nous vêtir, nous nourrir, et peu importe les conditions.
        Tu as raison, l'Humain est un véritable fléau, et à l'échelle de notre présence sur la Terre depuis qu'Elle existe nous avons fait des dégâts à tous les niveaux, y compris pour notre propre espèce, qui sont phénoménaux et dans un laps de temps incroyablement court. Ce qui prime sur tous les autres arguments : le profit ! 
        Je vais peut-être te choquer, mais j'aimerai que  la planète sécrète dans son air quelque chose qui nous rende stériles. Ah pas une disparition du monde humain par la guerre, par un énorme accident atomique, épidémique ou que sais-je encore, non, juste une extinction lente et sans souffrance si ce n'est de ne plus pouvoir nous reproduire.
        En toute sincérité, je pense que tant que l'humain existera, ce débat restera d'actualité. Il suffit de voir cette petite phrase qui revient régulièrement "ce ne sont que des animaux" dans certaines bouches. Et oui, nous sommes paraît-il les êtres supérieurs et les animaux sont sur la planète pour que nous puissions en disposer. Partant de là...
        Et même en tant que photographes, le nombre de personnes qui font tout et n'importe quoi pour faire LE cliché exceptionnel ! Ces pratiques sont de plus en plus dénoncées, mais elles existent bel et bien. Et même parfois de la part de photographes dont nous allons admirer les photos (car ils sont plus nombreux que nous l'envisageons), et qui eux mêmes prétendent pratiquer cette passion dans le plus grand respect.
        Même au niveau législatif, le fait d'avoir reconnu les animaux comme des êtres sensibles (en février 2015 alors qu'ils étaient considérés comme biens meubles) ne s'applique pas à tous les animaux malheureusement.
        Je crois que nous pourrions parler de tout cela des jours et des jours, car il me semble parfois être au coeur d'une immense toile d'araignée et que ce sujet à une ampleur dont nous ne pouvons même pas envisager les limites.
        Peux tu envisager que tant que l'humain considérera les animaux d'élevages qui nous sont très proches de la même manière qu'un champ de céréales, il y aura une réelle empathie pour les autres animaux ? Sincèrement, j'en doute, même si j'essaie de conserver de l'espoir.
        En tous cas, merci à toi, ce que je ne t'ai pas dit hier, pour cet admirable plaidoyer concernant les Loups ;-)
        Bises et bonne journée.


      • Dimanche 5 Mars à 22:46

        Je sais que d’autres animaux sauvages sont détenus chez les particuliers. Les trafics en tout genre sont nombreux.
        Ici, je n’ai voulu parler que des loups, cela aurait été trop long d’évoquer les différents problèmes. Un jour prochain, peut-être.
        Je suis d’accord à 100% sur tout ce que tu dis. En fait, la seule différence entre nous, c’est le fait d’aller ou pas dans les parcs ;-)

        La manifestation s'est bien passée, nous étions nombreux sous une pluie forte et le vent qui soufflait en rafale. Ce qui est doublement positif, on aurait pu s'attendre à ce que les gens ne se déplacent pas de ce temps-là. La motivation est présente et nous ne sommes pas prêts à baisser les bras ;)
        Merci à toi.

      • Lundi 6 Mars à 10:38

        Bon jour Katia,

        Oui, il semble que ce soit notre point de divergence, et je vais t'expliquer la raison claire pour laquelle j'ai décidé de ne pas boycotter TOUS ces endroits :

        - La première étant qu'on ne peut savoir réellement que ce que l'on voit (et je l'ai constaté spécifiquement sur un parc que sur lequel j'ai lancé une alarme et Martine était avec moi, nous étions toutes les deux écoeurées et au bord des larmes. J'ai eu un long entretien en sortant avec les propriétaires leur expliquant tout ce que j'avais vu et les informant que cette situation était inacceptable.
        Les critiques sur cet endroits étaient très bonnes sur la toile et les photos "paradisiaques".
        A mon retour, j'ai mis un message sur Trip Advisor avec photos à l'appui, et mon message (non agressif je précise), montrant par images et expliquant ce que j'avais vu... a été censuré ! Celui de Martine, avec sensiblement le même texte mais sans photo lui a été validé. Avec mes photos et ce que j'ai vu, j'ai aussi informé la Fondation B.B.
        Depuis, les propriétaires ont changé, c'est le fils qui a repris l'affaire, et il était temps (les parents étaient âgés, et je leur avais dit que je comprenais que ce devait être dur d'entretenir un tel endroit - Parc et château - mais que peut-être il était temps de passer la main !)
        Maintenant, je ne sais pas ce qu'il en est réellement, je n'y suis pas retournée depuis.
        Ma démarche est donc dans l'idée de L214, voir et pouvoir lancer une alarme si c'est nécessaire. Si L214 n'était jamais entré dans les abattoirs pour témoigner saurions nous ce qui s'y passe réellement ? 

        Dans un certain Zoo, un visiteur à pu témoigner (lui n'était pas vu) par vidéo le comportement d'une soigneuse qui balançait des tartes dans la tête d'un manchot en soin pour le faire manger son poisson. Témoignage sur un fait incontestable qui du coup à pu être connu du grand public et à induit le licenciement de la "soigneuse" qui passait ses petits nerfs sur les animaux dont elle avait la charge. 

        Pour un autre en Seine et Marne que j'ai vu également, bon nombre de visiteurs ont témoigné sur le fait que l'endroit était insalubre, et du coup, certains animaux ont été replacés dans des endroits sérieux, et le parc a été racheté et totalement réhabilité.

        Un autre encore ouvert il y a peu aux alentours de Montpellier et qui avait fait une pub monstre. Je m'y suis rendue, et tout comme moi des tas de gens ont témoigné. Les soigneurs aussi ont témoigné, c'était dramatique, il a été mis en liquidation judiciaire.

        - Ensuite je me dis que concernant les endroits qui font un réel travail de préservation, avec des soigneurs passionnés car toute l'équipe doit être investie dans le même sens, qui récupèrent des animaux justement retirés aux particuliers, qui ont des espaces pour les animaux âgés leur offrant ainsi une réelle retraite paisible, qui travaillent dans le sens de préserver les espèces en grand danger d'extinction, et même à leur réintroduction, si nous les boycottons, comment pourront-ils alors faire ce travail à mon sens nécessaire et que nous-mêmes humains avons induits ? Parce que oui, ces endroits existent, même si il y a aussi des contres exemples comme cette histoire de Girafon abattu, découpé, et donné aux lions devant le public et qui justement à pu être dénoncé par... les visiteurs.

        Sais tu combien de Loups de Mongolie auraient été euthanasiés si la Fondation BB ne les avaient pas sauvés et que Les Loups du Gévaudan ne leur avait pas fait un grand parc, qui n'est même pas accessible aux visiteurs car il se trouve en dehors du parc lui-même ? Ce genre de parc oeuvre à 200% pour faire comprendre au public que les Loups ne sont pas nos ennemis, mais au contraire sont indispensables pour l'équilibre du biotope. Toute une partie est réservée à expliquer les sottises qui ont été dites à leur sujet depuis des centaines d'années et à montrer ce que sont réellement les loups, à expliquer aux visiteurs qui voient, et ça, c'est on ne peux plus parlant !

        Ces parc ont besoin de financement pour poursuivre leur travail, et les financements sont essentiellement faits par les visiteurs. pas de fonds, pas de terres, pas de personnel, pas de soins, pas de nourriture... bref on fait quoi de ces animaux qui sont là et bien vivants ?

        Alors voilà, je persiste sur le fait qu'il est affligeant de mettre des animaux en cage pour le plaisir de l'Homme (j'ai entendu au Parc de Montpellier une counasse qui disait préférer une entrée payante mais des petits enclos, car au moins on pourrait voir les animaux ! Son plaisir à elle, les animaux on s'en fout), mais aussi que de toutes façons ils sont là et que si je peux non seulement voir ces endroits de mes yeux, apporter mon point de vue bon ou mauvais, et apporter un peu de mon soutien pour les aider ceux qui sont réellement investis à poursuivre dans une démarche positive et dans les meilleures conditions possibles, alors oui, je crois que c'est nécessaire.

        Voilà les raisons pour lesquelles j'ai évolué dans ma vision des choses après de nombreuses années de reflexions.

        Cela dit, je comprends aussi la tienne, d'autant que comme je te le disais, c'est celle que j'ai adopté pendant environ 45 ans de ma vie sachant que j'ai du avoir mon choc au Zoo de Vincennes vers l'âge de cinq ans et que ma réflexion est sommes toutes assez récente.

        Bises (et pardon pour les fautes, je ne me suis pas relue)

        PS : J'ajoute que pour moi pas moyen de mettre les pieds dans une animalerie, et que comme toi, quand je vois des camions de transport de bétail j'en ai le coeur au bord des lèvres. 

        J'ai vu que quelque part tu me disais "si tu me lis et parlais d'un lien, et pas moyen de reposer les yeux dessus !!!!!

        Re moi : Je crois que c'était ça : ICI

      • Mardi 7 Mars à 15:02

        C'est bien le lien, oui, "Les photographes de la Honte". Merci de l'avoir mis.
        Je n'ai rien contre les endroits de protection où vivent des animaux qui ont été sauvés, il a bien fallu les mettre quelque part et tant mieux qu'ils existent tout comme ce refuge.
        Au Portugal, il existe un endroit comme la LPO où sont soignés toutes sortes d'animaux et surtout des oiseaux qui ont été blessés. Il y a un parc floral où l'on peut se balader et où l'on peut recueillir des informations sur les espèces que l'on trouve dans ce pays. Des bénévoles sont là pour expliquer le rôle des animaux dans la nature. Impossible de voir un quelconque animal pour ne pas le stresser. Les gens qui y vont savent qu'ils payent l'entrée pour les aider financièrement. Parfois, ils réunissent les personnes avec la présence de ceux qui ont amené un animal blessé pour la remise en liberté. Ils sont utiles, ce qui est différents des parcs et zoos où les animaux sont juste mis là pour le plaisir des hommes.

        Dans les informations d'aujourd'hui, j'ai lu qu'un rhinocéros blanc avait été abattu dans un zoo pour sa corne. Comme quoi, ils ne sont même pas à l'abri des braconniers arf

      • Mardi 7 Mars à 15:36

        Coucou Katia,
        J'ai vu aussi cette info, c'est incroyable, hallucinant, vraiment à vomir ! 
        J'espère qu'on va les retrouver ceux qui ont fait ça !
        Cet échange me fait réfléchir aussi à certaines choses, peut-être faudrait-il supprimer l'appellation de zoo ou de parc animaliers pour les endroits qui travaillent vraiment à la sauvegarde des espèces et qui soignent également les animaux maltraités, etc...
        Encore un problème d'informations, de sémantique... et ainsi les gens savent vraiment ou ils vont poser leurs baskets et leurs yeux.
        Il faudrait que les choses soit clairement établies.
        Au Pont de Gau, il y a également une infirmerie pour les oiseaux blessés, et là non plus, ils ne sont pas visibles car ils sont sensés si c'est possible, être remis en liberté après leur convalescence, et ne doivent pas être habitués à la présente de l'Homme.
        Bise et bonne journée

      • Mardi 7 Mars à 15:55

        Refuge serait le véritable mot.

        Je viens de lire que 3 vautours moines viennent d'être relâchés par la LPO PACA.
        Lire ICI et ICI, un article sur la réintroduction. On peut même parrainer un vautour moine, ICI.
        Je ne suis pas contre, j'espère seulement qu'ils ne seront pas tués par les chasseurs.

        Encore un ourson polaire décédé dans un zoo en Allemagne : CLIC

    2
    Samedi 4 Mars à 21:48

    Un article de fond, particulièrement bien fait, illustré et documenté.
    Je partage ta façon de voir les choses et ne supporte pas l'idée que l'on puisse enfermer un animal, pour quelques raisons que ce soit, sauf dans le cas de ton refuge, qui récupère les  malheureux victimes du plaisir, des caprices et de l'avidité des hommes,  et font tout ce qu'ils peuvent pour que les animaux aient une fin de vie correcte.
    Dès que l'homme se mêle de l'ordre naturel de la vie, c'est une catastrophe et pour rien au monde je n'irais engraisser les cirques, zoos ou parcs animaliers, si bien tenus qu'ils soient.
    Merci Katia pour ce billet très intéressant, le blog ici prend tout son intérêt lorsqu'on éduque et sensibilise en douceur, en expliquant sans agressivité. Beau travail d'investigation.

     

      • Samedi 4 Mars à 23:33

        C'est ce que je me dis au sujet de l'homme, c'est un véritable fléau dans ce monde.
        Merci alma, toi aussi, tu commences à me connaitre sur ce sujet.
        Lorsque je suis allée au refuge, j'y suis restée l'après-midi + la soirée à discuter avec ceux qui le tiennent et j'ai appris pas mal de choses que je ne ne soupçonnais même pas, ce qui a conforté l'idée que j'avais depuis longtemps sur le sujet.
        J'y suis retournée l'année dernière pour voir le nouvel enclos et les retrouvailles avec la mère et ses jeunes et j'avoue que, bien qu'il fasse 6000 m2, je ne l'ai pas trouvé très grand.
        Je ferai peut-être un autre article sur eux, un jour !...

    3
    Dimanche 5 Mars à 09:20

    Je ne sais pas si mon commentaire est passé ... j'ai eu un message d'erreur (???)

    Si il y a doublon, supprime celui ci

    __________________________

    Comme toi je n'aime pas voir les animaux en cage mais certains parcs sont nécessaires et indispensables pour la sauvegarde des espèces et ce dans le respect des animaux

    https://www.pairidaiza.eu/fr/la-philosophie-de-pairi-daiza

    Tes loups sont magnifiques

    Bon dimanche

      • Dimanche 5 Mars à 22:53

        Merci Kri.
        Je ne sais pas si tu as lu ce que représente la mission scientifique de l'Eaza, ICI mais si j'ai bien compris, c'est surtout pour préserver une bonne "marchandise" entre zoos. Qu'il n'y ait pas de consanguinité et qu'ils soient bien soignés. Ainsi, ils peuvent passer d'un endroit à un autre en ayant un bon "pédigrée". Pour moi, c'est du pareil au même, ils restent enfermés et n'ont rien à faire dans des pays où ils ne sont pas originaires ni ceux qui vivent en France d'ailleurs.
        Ce sont des animaux sauvages a qui on a enlevé tout instinct en les rendant captifs, l'homme décide à leur place. Il suffit de regarder leur regard pour se rendre compte, qu'ils sont soumis.

    4
    Dimanche 5 Mars à 09:22

    Bonjour Katia,

    J'en ai appris des choses avec ton article! J'ignorais qu'un parc pouvait revendre un animal sauvage à des particuliers, tout comme j'ignorais que beaucoup de particuliers ont des loups. Je savais par contre que certains animaux étaient euthanasiés si un échange ou un placement ailleurs ne pouvait être conclu, ou tout simplement contre des risques de consanguinité, comme par exemple au zoo de Copenhague, ou la mise à mort d'un girafon en parfaite santé à eut lieu parce qu'il ne présentait pas un patrimoine génétique assez original. Il a été autopsié et dépecé en public, devant des enfants, pour être donné à manger aux fauves. J'étais écoeurée...Je te rejoins entièrement concernant les parcs animaliers, même si je m'y suis déjà rendu (mes photos en témoignent), mais je n'ai plus envie d'y aller, d'ailleurs, j'ai eu dis à Pascale, lors d'une discussion à ce sujet, que je n'éprouvais même plus de plaisir à photographier un animal captif, même s'il est dans le plus beau des enclos. Depuis le début, je me questionne, toujours je me pose cette question: "un animal préfere t-il être dans son milieu naturel, avec les risques que cela comporte à cause de l'humain, et même s'il vivra moins longtemps, ou alors préfère t-il être à l'abri dans un parc, nourri logé, mais ne pouvant agir totalement de manière naturelle, parcourir des km, etc... J'ai toujours pensé que personnellement je préfère vivre moins longtemps mais libre, et je pense qu'il en est de même pour les animaux. Je peux me tromper mais c'est ce que je ressens. Récemment, je me suis rendue au parc de Montpellier et je t'avoue que même si j'ai fais des clichés, je n'étais pas heureuse comme je peux l'être dans la nature à photographier des chevreuils, même si mes photos sont moins bonnes, ce qui m'a amenée à la conclusion que je ne me rendrai plus dans ces endroits, d'autant plus que si je sais qu'ils préservent les espèces, il n'y a en tous cas pas de réinsertion dans leur milieu naturel pour ces animaux captifs et qui se reproduisent.

     

    Bises et bon dimanche. 

      • Dimanche 5 Mars à 10:46

        Katia, Caroline, je me permets de réagir à ce commentaire.

        Caroline, Il est évident que là ou je me sens le mieux, c'est au coeur de la nature sans entrave et ce sont mes lieux privilégiés, même si je ne mets pas forcément un véto irrévocable à certains de ces espaces de captivité qui a on avis ont une raison d'être dans la préservation des espèces et même pour certains travaillant à réintroduire les animaux dans leur biotope car cela existe. Je me refuse à généraliser irrévocablement sur un mauvais fonctionnement en effet parfaitement réel pour beaucoup encore de ces endroits, mais pas tous !

        Cela étant dit, en effet nous sommes allées ensemble au Zoo de Montpellier qui pourtant ne travaille pas par profit puisque... l'entrée y est gratuite, mais je n'ai fait qu'en parler (pour aborder le fait de sa gratuité justement) et tu as souhaité t'y rendre, et d'ailleurs te diriger vers les Lions et Ours soit vers les prédateurs essentiellement puisque nous étions limitées dans le temps. D'ailleurs Laurent n'a pas souhaité nous y accompagner alors qu'il était en congés, il connaît, il a vu, mais à l'instar du Pont de Gau, lui aussi préfère se trouver dans la nature même si au Pont de Gau les animaux sont libres (tu connais son qualificatif de "supermarket de l'oiseau" auquel j'adhère également) et je n'y vais plus moi-même que pour faire découvrir cet endroit aux personnes qui le souhaitent et sont de passage dans la région. 

        Je suis étonnée de ce que tu dis, car vraiment si quelque chose me déplaît vraiment je n'y vais pas, je sais dire non, et personne ne pourra m'y contraindre.

        Certes, nous sommes d'accord sur le fait de préférer la nature sauvage, et vraiment, je n'ai pas le sentiment de t'avoir imposé cette visite du Zoo. Il me semblait t'avoir laissé le choix du programme des balades en te disant que pour nous, pas de souci, nous pouvons nous y rendre quand nous le souhaitons étant sur place.

        Je crois aussi d'ailleurs que tu aurais aimé aller voir les Loups du Gévaudan, mais les circonstances difficiles avec nos chiens ont fait que nous n'avons pas pu nous y rendre et que tu m'as parlé également d'un parc à voir dans ta région ou aller lors de ma prochaine visite chez toi, tout comme de te rendre à Sainte-Croix y voir les Cerfs il me semble, et cela a été dit encore après ta visite au Parc de Montpellier ;-)

      • Dimanche 5 Mars à 11:46

        Coucou Pascale,

        Je n'ai pas dis que ça me déplaisait vraiment ou que je n'aimais pas, j'ai dis que je n'étais pas aussi heureuse à photographier des animaux dans un parc en comparaison à les photographier dans la nature. Tu ne m'as rien imposé (d'ailleurs je n'ai pas dis cela), et je sais que j'ai accepté de m'y rendre, et là raison était parce que j'avais toujours ce cheminement dans la tête, que j'ai depuis pas mal de temps d'ailleurs, et qu'il m'ait fallu y aller encore pour vraiment m'assurer de mon ressenti, à savoir ne pas être pleinement heureuse à les photographier dans ces conditions. Oui j'avais envie de voir les gros mammifères, et j'ai toujours envie de les voir, parce que je les adore et que je n'ai pas l'occasion de les voir dans la nature, et là encore, ça ne m'a pas empêché de réfléchir à la situation, et d'en arriver à me dire que même si je suis contente d'être près d'eux, ce n'est que quelques minutes de plaisir en comparaison de leur vie en captivité: eux ils y sont tous les jours derrière ces grillages. C'est comme ceux qui mangent de la viande juste pour quelques minutes de plaisir gustatif sans réfléchir au parcours des animaux d'élevage pour arriver dans leur assiette, et bien j'en étais encore là dans le cheminement de ma pensée quand nous y sommes allées. C'est la même chose pour tous les choix que l'on fait, et même si j'adorerai photographier le brame du cerf, chose que je n'ai jamais faite, et bien je sais à ce jour que je ne le ferai pas dans un parc, mais dans une réserve naturelle pas de problème. 

        Bisous

         

      • Dimanche 5 Mars à 12:09

        Je vous réponds plus tard, je me prépare à aller manifester contre les mines qui vont nous empoisonner.
        Juste une chose, je comprends Caro, il m'a fallu un long chemin pour arriver à ce refus "catégorique" aujourd'hui.
        Je respecte vos idées et se poser des questions est déjà un grand pas pour avancer vers ses propres choix.
        En tout cas, votre passion fait plaisir à lire smile

      • Dimanche 5 Mars à 12:22

        Bonne manif  Katia, j'espère qu'il y aura du monde pour s'opposer à encore un peu plus de destruction.
        Pour le cheminement, comme je le disais, j'ai commencé par un refus catégorique de l'ensemble de ces endroit après avoir été traumatisée gamine par le Zoo de Vincennes duquel je suis sortie en pleurant, et je pensais réellement ne jamais changer d'avis tout en me disant qu'il n'y a que les imbéciles pour ne pas changer d'avis ;-)
        Aujourd'hui, j'observe en toute connaissance des aspects négatifs mais sans rejeter les aspects positifs qui existent à présent (si tel n'était pas le cas il y a encore quelques années).
        J'avoue que me concernant ce n'est pas non plus simple de rester vigilante à ne pas faire un rejet en bloc.
        Mais... il est des domaines ou mon refus restera définitif et irrévocable, comme les Parcs a Dauphins et Orques pour ne pas les citer. Et là, pas moyen d'envisager qu'il s'agisse aussi de préserver ! 


      • Dimanche 5 Mars à 23:00

        Tout d’abord, je suis heureuse de t’avoir appris certaines choses. Avant d’aller visiter ce refuge, j’en ignorais également beaucoup et c’est pour cela que j’ai décidé de faire cette publication.
        J’ai lu la triste histoire de ce girafon et j’ai été une nouvelle fois révoltée par le comportement de ce zoo. À l’époque j’avais signé une pétition qui demandait au gouvernement du Danemark à ce qu’une telle cruauté n’existe plus.
        Je pense que certains animaux souffrent plus que d’autres d'un manque de liberté, mais le problème n’est pas là, c’est pour moi lamentable qu’ils soient utilisés comme bêtes de foire pour faire plaisir aux hommes. Cela peut générer du trafic en tout genre. Je n’aime pas plus les animaleries et quand je m’y rends, je suis écoeurée de voir des serpents, des souris, des lapins et bien d’autres animaux à vendre. Combien sont abandonnés par la suite ?
        Tu connais très bien ce que l'on ressent lorsque nous rencontrons un chevreuil ou un renard en liberté, elle n’est bien sûr pas la même que quand on te donne un animal sur un « plateau ». Tant pis pour les beaux clichés, il y a d'autres animaux à photographier.
        Comme Pascale le dit plus haut et dans un de ses articles, certains photographes veulent tellement faire LA photo du siècle qu’ils sont capables de faire souffrir l’animal pour arriver à leur fin. (Pascale si tu me lis, peux-tu s’il te plait, mettre le lien vers ton article. Merci).
        Enfin, pour finir, je pense que se poser des questions permet d’avancer dans la vie.
        Merci Caro, je sais aussi que ce sujet te tient à coeur ;)

    5
    Dimanche 5 Mars à 12:53

    Bonjour Katia, 
    Je viens de lire ton article et les commentaires déposés. 
    Je suis d'accord avec toi sur certains points mais pas tous. 
    C'est vrai que dans certains parcs, ou plutôt zoo, des animaux ont des enclos déplorables mais il ne faut pas généraliser. 
    Certains sont là pour la conservation des espèces et cela arrive même que certains animaux soient " expédiés" dans des réserves pour s'y reproduire et ainsi essayer de sauver l'espèce, pour exemple,  le zoo de Montpellier ( Pascale avait fait un article à ce sujet ). Là, les animaux y sont bien traités. et s'y reproduisent.
    Aprés, le comportement des humains qui détiennent toute sorte d'animaux, c'est de la folie.... Mais que faire devant cette connerie là !!! Bien sûr dans ce cas précis les animaux en patissent c'est intolérable !!!
    Si on va plus loin, je te dirais que je trouve aussi insupportable que les cirques aient toujours le droit de faire des spectacles avec les animaux et que penser de leur détention dans des cages ridicules.... de la chasse ( avec les chiens qui passent leur vie dans de minuscules enclos grillagées ou au bout d'une laisse ) , de la corrida, des conditions dans les abattoirs ......!!!!
    Et les animaux de laboratoire et toutes les expériences dont ils font l'objet dans des conditions atroces , pourquoi c'est encore toléré à notre époque!!!
    Ce sujet est sans fin, il y a tant de choses à dénoncer et à changer, comme toi, comme beaucoup, tout ça me désole !
    Je comprends ton article sur les loups, il faut dénoncer toutes les situations sur la souffrance animale, et c'est toujours la faute de l'humain, il y a de quoi avoir honte d'appartenir à cette espèce. 
    Bises et bon dimanche.

      • Dimanche 5 Mars à 23:06

        Coucou Martine, merci de ton intérêt ;)
        Ce n’est pas du tout un problème de bien être qui me pose souci, c’est celle de décider de leur vie et de les enfermer jusqu’à leur mort dans des espaces qui ne sont pas adaptés. De s’en séparer après en avoir bien profité, soit en les euthanasiant, soit en les abandonnant dans des refuges comme celui que je présente. De quel droit se permettent-ils de décider pour eux.
        Bientôt, il va arriver 4 autres loups dont le propriétaire qui était un dresseur connu est décédé. Ils étaient plusieurs à vivre ensemble et, d’après les dires des proches ils s’entendaient à merveille et habitaient dans un grand espace. Encore des animaux qui vont finir leur vie dans des refuges.

        Pourquoi ont-ils besoin de parcs pour les faire se reproduire et les envoyer dans les réserves ? Ne peuvent-ils pas les laisser faire tranquillement sans que l’homme s’en occupe ?
        Ma publication avait pour objet la faune sauvage en captivité dans les parcs ou zoos.
        Tout ce qui concerne la souffrance animale pourrait donner lieu à une autre publication. J'étais très jeune quand j’ai adhéré à diverses associations, dont celle contre la vivisection et Greenpeace.
        Cela fait trèèèèss longtemps que je me soucie de la défense des animaux et ce doit faire une trentaine d’années que je ne mange plus un g de viande. Je n’ai pas encore réussi à franchir le pas de devenir vegan, mais qui sait, un jour peut-être ??

    6
    Dimanche 5 Mars à 16:15

    Bien sur qu'ils ont le regards tristes, quand on pense aux espaces qu'ils ont besoin dans la nature.

      • Dimanche 5 Mars à 23:08

        Voilà, tu as tout dit, les espaces ... libres. Tout ce qui leur manque.
        Merci Aigleloup

    7
    Lundi 6 Mars à 12:25

    Re coucou.

    Le voilà le fameux article ! Et bravo. Il est bien mené et source de beaucoup d'informations primordiales pour savoir, comprendre et enfin avoir son point de vue pour ceux qui hésitaient encore.

    Tu sais que nous sommes en accord parfait là-dessus. J'en étais arrivée à un point où j'ai même supprimé mes photos de rapaces chez les fauconniers de tous mes sites photos. Le public qui devrait être le plus touché est le plus nombreux, celui des familles avec les jeunes enfants. Et (excusez-moi mesdames si vous en faites partie) mais les parents de ma génération (30-40 ans et c'est pire avec ceux qui ont entre 25 et 30 ans, ouf j'ai bientôt 40 et pas d'enfant, je suis sauvée lol) sont les plus cons que la terre ait pu avoir. Ils n'ont rien dans la tronche et leurs gosses ont tout. Ils ne sont pas prêt de voir où est le malheur de tous ces animaux. 

    Au Kenya nous ne sommes même pas allés dans les fondations, orphelinats et autres. Je ne voulais pas, JC l'aurai bien fait, il est comme Pascale à vrai dire, mais j'avais les animaux à mes pieds dans leur savane native, alors bon. Cependant je sais que là-bas ce sont des rangers (souvent anciens braconniers) qui œuvrent pour les animaux de leur pays. Alors nous n'y sommes pas allés, mais quand tu vois le prix qu'on a lâché pour l'entrée des réserves nationales du Kenya, je pense qu'en plus de nos photos on a bien donné pour eux mdrrrr. (tiens au fait, je te répond, oui il fait très chaud en mai juin mais au moins ils sont tous beaux, alors tu viens ?)

    Oui certains sont en parrainage avec des assos locales en Afrique, Asie, ou ailleurs. Mais ce n'est que le bon côté de l'iceberk ça. Les structures plus petites devraient être surveillées beaucoup plus, car elles sont le mauvais côté de gros cailloux. 

    Ensuite il n'est pas normal de voir des espèces enfermées qui ne sont pas en danger chez elles. Je pense aux parcs des oiseaux dans l'Ain. Dis-moi ce que des oiseaux comme les alectos, les rolliers et autres espèces exotiques font là-bas. Communs en Afrique et en bon nombre c'est anormal. Il en va de même pour les grues royales, demoiselles et autres. Pour les herbivores, c'est pareil ! Enfin tu sais déjà tout ça !

    Gros bisous et reste à l'abri aujourd'hui, en tout cas ici. 

    Gros bisous 

     

     

      • Lundi 6 Mars à 17:35

        Coucou Katia,
        Coucou Nath.
        Je viens de lire ton intervention.
        En toute sincérité, si j'avais fait votre voyage, j'aurai fais comme toi, et je n'aurai certes pas eu le coeur à aller voir les fondations et orphelinats (et pourtant, j'imagine qu'ils ont aussi besoin de fonds pour fonctionner, c'est bien là tout mon dilemme. Mais les voyant dans leur savane native... je crois aussi que c'est là que j'aurai consacré mon temps.
        Entièrement en accord avec toi quand tu dis que certains oiseaux qui ne sont pas en danger n'ont absolument rien à faire dans des volières et qu'ils soient exotiques ou pas d'ailleurs.
        Bisous à vous deux.

      • Mardi 7 Mars à 15:18

        Merci Nath pour ce complément d'informations.
        Oui, je suis de ton avis sur tout.
        La prochaine fois, on ira dire 2 mots aux anciens braconniers. Remarque, je préfère nettement qu'ils se soient reconvertis à la protection des espèces de leur pays que d'élever leurs enfants dans le braconnage wink2
        Bon, on part quand ?

      • Jeudi 9 Mars à 23:27
        Coucou Pascale.
        Oui, je me souviens de ta réaction devant un guêpier en volière. Quelle absurdité.!

        Coucou Katia.
        Euh...mai 2018.? Car 2017 aura pour nous une autre (belle) destination.
        Bisous
    8
    Mardi 7 Mars à 15:32

    Merci à vous tous pour vos commentaires. Quels que soient nos avis, n'oublions pas qu'un animal mérite le respect et ne doit pas souffrir.

    9
    Jeudi 9 Mars à 23:24
    CQFD..!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :