• La vie tranquille

    d'une ruche au début de l'été. Je précise que ce n'est pas la mienne.

     

     

    Une par une, les abeilles apportent le pollen. Elles peuvent parcourir jusqu'à 4 km de la ruche pour aller récolter le nectar des fleurs.
    Ainsi va la vie, les jours, semaines, mois passent.

     

     

    Fin août, je vais leur rendre une petite visite. J'aperçois un rassemblement, elles sont agitées.

     

     

    Et pour cause, un prédateur rode !

    Cet insecte venu d'ailleurs, je le voyais butiner les fleurs. Après avoir lu plusieurs articles qui expliquaient qu'il n'était pas plus destructeur d'abeilles
    que les pesticides, je pensais qu'il n'était peut-être pas aussi dangereux que ce qu'on voulait bien dire et je l'ai défendu !

     

     

    Jusqu'à ces derniers jours où je l'ai vu à l'oeuvre !

    Son nom : Le frelon asiatique.
    Le Vespa velutina nigrithorax est originaire d’une zone géographique allant du Cachemire à la Chine. Peu à peu, celui que l’on nomme aussi le frelon à pattes jaunes,
    est parvenu à s’acclimater à la France qui constitue aujourd’hui sa zone d’invasion.

     

     

    Il attaque les ruches, les abeilles stressent et ne récoltent plus de pollen,  ne sortent plus, défendent leur territoire,

     

     

    C'est l'horreur pour ces pauvres abeilles qui font ce qu'elles peuvent pour éviter qu'il prenne l'une d'elles.
    J'ai remarqué 5 ou 6 frelons tournant autour des ruches.

     

     

    Malheureusement, ils arrivent toujours à leur fin, attrapant l'abeille au moment où elle s'approche de la ruche.
    Plusieurs personnes ont prévenu les propriétaires des ruches. J'y suis retournée 2 jours après, mais je n'ai remarqué aucun piège à frelons.

    C'est un triste spectacle, elles sont bien impuissantes devant ce(s) prédateur(s).

     

    « PlumeDispute ! »

  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Septembre à 06:16
    Francis
    Beau et triste spectacle, impressionnant et inquiétant, tes clichés montrent les abeilles qui font front courageusement ! Qu'est-ce qui se joue-là, une "grande invasion", un nouveau fléau ? Faut-il lutter, tuer ; ou laisser faire et parier sur les facultés d'adaptation et la recomposition d'équilibres naturels... jusqu'à prochain déséquilibre ?
      • Mercredi 5 Septembre à 23:48

        Je ne sais pas quoi te répondre, j'ai trop de respect pour la vie pour t'inciter à tuer. Comment être certain qu'ils disparaitront totalement en les exterminant !
        Je t'invite à lire le commentaire de Nath qui connait bien le sujet et te faire ta propre opinion.
        Une chose est sûre, c'est un véritable fléau pour les ruches.

    2
    Mardi 4 Septembre à 07:25
    almanito

    La solution n'est pas simple entre la volonté de protéger toutes les espèces et celle de préserver nos abeilles. On a laissé proliférer le frelon asiatique qui fait des ravages parmi les abeilles comme on a laissé des tortues carnivores (ce n'est qu'un exemple, relâchées par des particuliers) n'ayant rien à faire sous nos latitudes qui ont décimé les espèces locales...
    Ta série est très belle, on voit ce qu'il se passe comme dans un film et c'est la première fois que je vois aussi nettement le frelon en question. Super reportage et bien des questions...



      • Mercredi 5 Septembre à 23:52

        J'avais présenté le nid des frelons lors de précédentes publications, je ne comprends pas qu'ils n'aient pas été détruits.
        Cela fait longtemps que j'entends parler de ce tueur d'abeilles, mais il a réussi à proliférer et maintenant, il se trouve dans toutes les régions. Bien que des pièges soient posés, ce sera très difficile de l'exterminer !

    3
    Mardi 4 Septembre à 07:29

    Coucou Katia,
    Tu as fais une sacrée observation ! Tes photos sont non seulement superbes mais en plus un excellent témoignage.
    Certes, il n'est peut-être pas plus destructeur que les pesticides, mais d'une autre manière.
    Je les ai vu à l'oeuvre sur les ruches également il y a quelques années... et si je dois faire une liste des animaux que je dégomme il en fait partie avec les Tiques, les chenilles processionnaires et les Poux (que ma fille me ramenait régulièrement à la maison quand elle était gamine). 
    Juste quelques spécimens peuvent faire un véritable massacre dans une ruche.
    De plus, contrairement à l'abeille qui si elle pique laisse son dard, le frelon peut piquer plusieurs fois successivement et les conséquences peuvent être très graves, il faut vraiment s'en méfier (enfants, personnes âgées, cardiaques, allergiques...) et il provoque plus de complications médicales que notre frelon européen.
    A présent, il s'est tellement développé qu'il est quasiment dans tous les départements. 
    J'ai une vigne vierge qui couvre un de mes murs, et en été, j'en vois régulièrement depuis deux ans. Hier, l'un d'entre eux est rentré dans la maison d'ailleurs. Je dois t'avouer que je crains pour mes chiens qui ont une fâcheuse tendance à tenter de gober les mouches ;-( Je me demande si je ne vais pas l'arracher cet hiver.
    Cela étant dit, c'est malgré tout un très bel insecte.
    bravo pour les photos en vol ;-)
    Bises et bonne journée

      • Nath
        Mercredi 5 Septembre à 18:07

        Coucou pascale,

        Je me permets d'intervenir sur la piqûre des frelons (et guêpes par la même occas) et celles des abeilles. 

        On croit à tort que les piqûres des frelons/guêpes sont plus dangereuses que celles des abeilles et pourtant c'est l'inverse. L'abeille possède un venin pour animaux à sang chaud, dont nous faisons partie. Guêpes et frelons pour animaux à sang froid. Le venin est bien moins dangereux. Il est plus "facile" de devenir allergique aux piqûres d'abeilles et de faire de grosses réactions qu'avec les autres.

        Si dans les médias on nous a bassiné cet été avec des gens qui ont fini à l'hôpital, on s’aperçoit finalement qu'il s'agissait de personne à déficience cardiaque dans la plupart des cas. Mais je ne vais certainement pas défendre ces frelons ;-) Et pour cause. Mais si cela fait changer quelques croyances.

        Et je dirai qu'il est autant destructeur que les pesticides. Des apiculteurs qui ont leurs ruches où aucun pesticide n'est employé des km à la ronde (comme nous) voient leur cheptel diminuer à cause de ces attaques et du coup mourir l'hiver. Une pulvérisation tue d'un coup, le frelon tue à petit feu.

        Bisous bisous

      • Mercredi 5 Septembre à 23:58

        Merci Pascale. C'est un bel insecte de loin. Je ne sais pourquoi, j'ai une peur bleue des frelons, quels qu'ils soient.
        Si tu en vois quelques-uns dans la vigne vierge, je ne peux que te conseiller de la supprimer.

        Merci Nath, pour les précisions. Je ne connaissais pas l'histoire des venins, c'est très intéressant.

    4
    Mardi 4 Septembre à 07:50

    Superbes photos de ces abeilles. Le frelon asiatique est aussi dangereux pour l'humain.

    5
    Mardi 4 Septembre à 09:13

    Bonjour Katia

    Superbes prises de ce spectacle avec les abeilles au travail mais aussi (et peut-être plus encore) un bravo pour les clichés du frelon asiatique ! Il ne restait évidemment pas statique à attendre que tu aies fini de lui tirer le portrait ! Bravo.

    Bises

    6
    Mardi 4 Septembre à 09:34

    Bravo. Je cite Pascale MD, car elle a très bien résumé cette série : Tu as fais une sacrée observation ! Tes photos sont non seulement superbes mais en plus un excellent témoignage.

    7
    Mardi 4 Septembre à 19:40
    CathyRose

    Très bien observé Katia, et jolies photos !
    Pas facile entre la volonté de protéger toutes les espèces, et celle de sauver les abeilles, il y a des choix à faire ...
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

    8
    Mercredi 5 Septembre à 00:03

    Tes photos du frelon en plein vol sont épatantes.

    Pour le reste, il faut souhaiter que cette race ne devienne pas encore plus envahissante qu'elle ne l'est actuellement.

    Il y a quelques temps, j'ai lu que pour tuer ces frelons, les abeilles s'agglutinaient sur lui pour faire monter sa température jusqu'à ce que mort s'ensuive. Mais de toute manière, les victimes sont nombreuses à chaque attaque.

      • Jeudi 6 Septembre à 00:05

        Elle est déjà envahissante, on la retrouve aujourd'hui dans toute la France. Pas un seul département n'y échappe.
        J'ai lu cet article concernant cette façon de tuer les frelons. Ce sont des abeilles de Chypre qui ont trouvé cette stratégie.

    9
    Mercredi 5 Septembre à 11:33
    tilk

    j'avais un nid dans mes arbres ...

    on a réussi à le détruire

    il faut absolument protéger les abeilles

    besos

    tilk

    10
    Mercredi 5 Septembre à 14:54

    fine observatrice, et excellente photographe, cela fait un super reportage

      • Jeudi 6 Septembre à 00:11

        Merci Emma. À une époque, j'avais des ruches et je récoltais le miel que me donnaient les abeilles.
        Leur vie est aussi passionnante que celle des fourmis et quand je vois des ruches, je ne peux m'empêcher d'aller les regarder travailler.

    11
    Mercredi 5 Septembre à 17:06

    Photos admirables et une belle patience en prime!

    12
    Mercredi 5 Septembre à 18:18

    Coucou Katia,

    Ben dis donc !!!! quelles photos, waouw ! 

    Ah oui tu pensais que le frelon n'était pas celui qu'on décrivait ? lol Et bien si tu voyais nos abeilles, comme elles sont stressées toute la journée. Nous piégeons (heureusement) une trentaine de frelons par jour et en tuons, à la raquette devant les ruches, une dizaine par jour sans y être du matin au soir. Depuis juin nous en avons fait plus de mille. Je serai toute seule, j'aurai abandonné l'apiculture car c'est vraiment déprimant !!! Le président de notre GDSA tourne avec 4 5 frelons devant chaque ruche tous les jours. C'est une cata. Alors j'imagine ceux qui ont, en plus, les pesticides. 

    Et à tout ça on ajoute le varroa, la teigne (merci les pêcheurs), et maintenant un parasite que les apiculteurs industriels ont fait venir d'Argentine avec des reines... On ne leur rend vraiment pas service à ces petites abeilles. 

    Je me demande ce qu'est ce tunnel en plastique à l'entrée ? Est-ce pour le frelon ? En tout cas sans piège aux alentours ces ruches vont mourir. 

    Gros bisous

      • Jeudi 6 Septembre à 00:27

        Merci Nath.
        Je connais le varroa, mes abeilles sont mortes à cause de lui, c'était au tout début de la découverte de cet acarien qui infestait les abeilles et décimait toute la colonie. arf À l'époque, nous ignorions tout de lui et n'étions pas sûrs du traitement.

        Est-ce que tu as moins d'attaque de frelons en les tuant ? Ne vont-ils pas se développer plus vite ? Ce sont des questions que je me pose.

        Je ne peux pas te répondre pour le tunnel, c'est la seule sur les 4 d'habitées qui en a. Si je rencontre le propriétaire, je lui demanderai la raison pour laquelle il l'a installé.

      • Nath
        Jeudi 6 Septembre à 11:00

        Coucou Katia,

        Non justement c'est l'inverse. En les supprimant tu affaiblies la colonie et si en plus tu supprimes des fondatrices c'est encore mieux. Les ouvrières en moins limitent la prolifération du nid, des larves et donc de la colonie. Les fondatrices en moins limitent l'expansion géographique des territoires.

        Si les écolos extrémistes n'avaient pas ouvert leur tronche au début des années 2000 (et certains continuent encore aujourd'hui), on n'en serait peut-être pas là aujourd'hui !

        Je ne peux pas être plus d'accord qu'on ne l'est déjà ensemble sur le respect de la vie mais ce respect à ses limites justement. On est dans les mêmes configurations que dans ces îles du Finistère (archipel de Molène notamment) où des chats prolifèrent et massacres les colonies entières d'Océanites tempêtes. Sur les îles de Port-Cros et Porquerolles où un petit effectif de chat met en danger l'avenir des colonies de Puffin yelkouan, plus grande de France. Alors oui les municipalités ont pris des décisions radicales (stérilisation ou euthanasie). Puis ces chiens et chats errants des îles pacifiques (La Réunion également) qui font autant de dégâts sur une faune exotique à la limite de l'extinction. Je ne parle que des oiseaux mais combien d'autres petits animaux sont détruits comme ça. Je vais essayer de t'envoyer un article à ce propos, si tu n'es pas fermé à l'idée, en tout cas je ne cherche pas à te convaincre de quoique ce soit.

        Ces chats, chiens ou autres n'ont rien demandé et je n'aime pas ces décisions extrêmes mais il faut se poser la question à un moment donné. Laisse-t-on la nature faire, sachant qu'il n'y aura plus jamais d'équilibre en laissant certains oiseaux, batraciens, reptiles etc disparaître, ou ne faut-il pas essayer de réparer nos erreurs et en tirer des leçons ? ce que nous avons du mal à faire...

        Certes le cas du frelon, espèce exotique, n'a rien à voir avec nos chats et chiens français et ce n'est que de notre faute si on en est là aujourd'hui. Pourtant il faut essayer de penser à une survie multi-espèces et parfois ça passe par des actes que je n'apprécie pas.

        Alors cette fois-ci non, je n'ai aucun problème de conscience à me débarrasser de ces prédateurs d'abeilles.

        Gros bisous :)

        Du coup, je reviens et en fais profiter tout le monde, ça m'évitera de scanner mon bouquin où le rendu n'est pas top.

        Lien vers article ici 

        <style></style>
      • Dimanche 9 Septembre à 11:49

        C'est exactement ce que m'a dit l'apiculteur que j'ai rencontré au sujet des fondatrices (reines) et le reste ;)

        Tu le sais, je suis en colère, non pas à cause des chiens et des chats qui suivent leur instinct, mais de leurs propriétaires qui les laissent libres alors que c'est interdit.
        Un des adultes grèbes et deux des petits que j'avais photographiés depuis le printemps et que vous connaissez par mes publications, ont disparu, certainement tués par un chien.
        Cela me révolte !
        Il y a 3 jours, un labrador nageait derrière les canards, les maîtres riaient.
        Une autre fois, le responsable de l'étang en a vu un dans la gueule d'un chien, il a appelé la police municipale qui est la seule habilitée à verbaliser, lui se fait jeter dès qu'il leur dit quelque chose.
        Devant chaque entrée, un grand panneau indique qu'ils doivent être tenus en laisse, en vain, l'incivilité demeure !
        La mairie finira par les interdire complètement, c'est dommage !

    13
    Mercredi 5 Septembre à 18:34

    une publication  intéressante et extraordinaire Katia

     bravo !!

    bonne soirée

    14
    Jeudi 6 Septembre à 20:16

    Bonsoir Ktia :)

    Tes documents sont époustouflants : BRAVO !

    Ma fille est apicultrice, j'espère que ses abeilles n'auront jamais à subir ces attaques.

    Très bonne soirée

     

     

      • Dimanche 9 Septembre à 11:08

        Le frelon asiatique est-il arrivé jusqu'en Belgique ?

    15
    Vendredi 7 Septembre à 21:49

    Bonsoir Katia, 
    Je suis autant scotchée devant tes photos que devant les échanges ci-dessus !
    Jamais je n'ai vu de frelons attaquer des ruches, j'en ai entendu parler mais ça se limitait à ça . 
    Chez moi, j'ai un vieux pied de bignonia qui croule sous les fleurs et qui attire les frelons. 
    J'ai eu envie de le détruire mais il attire aussi bon nombre d'insectes divers donc j'ai fait le choix de le garder. 
    Par contre, j'ai pris une solution radicale que j'assume....
    J'attends que le frelon soit au plus profond de la fleur, je le pulvérise avec un produit spécifique, 9 fois sur 10 , il meurt instantanément et là, je coupe le bout de branche au sécateur pour déposer le tout au fond de ma poubelle !
    J'ai toujours eu la chance de ne pas me faire piquer et je continuerais à le détruire, et  même si je le trouve très beau, le frelon fait trop de dégâtes aux ruches, et ce soir , vous m'avez conforté dans mes choix. 
    En tout cas Katia, ta série est magnifique !
    Bisous

      • Dimanche 9 Septembre à 11:31

        Réfléchis bien avant de couper ton bignonia, c'est très joli.
        Tu peux mettre un ou plusieurs pièges à frelons au début du printemps.

        Hier, j'ai discuté avec un apiculteur qui m'a précisé qu'il fallait installer les pièges dès les beaux jours afin d'attirer les reines à la sortie de l'hiver.
        Sans reine, pas de colonie et les frelons qui voudraient la sauver entrent à l'intérieur et meurent.
        Il pense que c'est la seule façon d'éradiquer cette espèce à condition que tout le monde en pose et que les nids que l'on découvre soient détruits. Ils sont plus difficiles à apercevoir quand les arbres sont en feuilles.

        Il ne comprend pas pourquoi autour des ruches que j'ai photographiées, aucun piège n'est installé. D'après lui, leur nid ne serait pas loin.
        Lui a une trentaine de ruches et n'observe pas autant de frelons. le fait de déposer des pièges autour empêche la formation d'u

        Hier, je suis allée les voir, le nombre d'abeilles devant la ruche a diminué, je pense qu'elle va mourir en s'affaiblissant arf

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :